RAForum
Slogan du site
Descriptif du site
Lyon 23 mai 2004. Après-midi. La question éthique
Article mis en ligne le 6 juillet 2004
dernière modification le 16 juin 2004
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Ronald.-

J’ai l’impression qu’en mettant l’anarchisme sous cet angle là on justifie une éthique particulière et on l’impose aux autres

Si je me bats pour cette éthique je l’impose aux autres

Alain :

Si j’entends l’éthique comme matérialiste, qui s’identifie au bonheur, comment composer nos rapports pour le plus grand épanouissement. On invite les autres au plus grand bonheur.

La puissance du bonheur peut attirer les autres

Ethique veut dire éthologie, culture, qui attire les autres, positivement. Pas de nécessité de l’imposer.

Godwin est important par l’accent qu’il met sur le jugement individuel. Il insiste sur la non imposition des idées. Nécessité de respecter le jugement des autres.

Daniel :

La lutte sociale

Ce n’est pas l’opinion qui est première, mais le courant de vie qui passe en lui. Le dirigeant de multinationale impose une contrainte et bloque le courant de vie d’un million d’individus.

Jesse :

Peut-être ai-je créé un faux problème en utilisant un mot comme éthique. Quand je dis que l’anarchisme vient d’une position éthique plutôt qu’épistémologique, c’est ce que Marx reproche à Bakounine, l’accusant de ne rien comprendre aux conditions historiques, seulement qu’esclavage est mauvais.

Il me semble que l’on doit s’entendre sur le fait que l’on est anarchiste par son opinion et son action dans la vie quotidienne, ce qui n’implique pas en premier lieu des propositions abstraites à propos de principes historiques ou économiques.

John :

Pourquoi ne pas opprimer ? Il y a des gens qui pensent qu’il y a des situations historiques où il faut ?

Y a-t-il des valeurs fondamentales ? Pour Godwin c’est l’utilité. Est-ce une idée innée que nous critiquons l’oppression ? Est-ce la raison naturelle qui est la base de cette idée. Il ne me semble pas qu’on puisse préciser l’anarchisme sur l’idée de non oppression

Colson : les critères de jugement de ce qui est émancipateur sont internes aux actions et aux situations que l’on mène. La dénonciation d’un maître oppresseur, sur le terrain du droit ou de la coercition étatique ne m’intéresse pas. Mais le mouvement social émancipateur porte son idée dans son propre développement. Un mouvement émancipateur va se rencontrer au cynisme de la répression d’État. Comment à un moment donné détruire la barrière d’extériorité », celle des mercenaires répressifs pour qu’ils aspirent aussi à un autre monde, et comment une composition émanciptatrice fera s’écrouler les barrières.

Spinoza dit que nos actions portent en elles-mêmes leurs critères internes d‘évaluation.

John : selon Daniel, notre jugement, s’il a une validité interne, c’est parce qu’il vient de notre propre être, et socialement c’est la même chose : ce qui nous met ensemble : compassion, attirance, etc. c’est l’aspect social de notre propre corps. Les valeurs la joie et la peine sont basées sur notre corps, la terre, c’est-à-dire l’ontologie.

Spinoza est un bon exemple sur la manière dont l’éthique et l’ontologie vont ensemble.

Pas de division entre l’être et les valeurs. Il ne s’agit pas de chercher quelque chose, c’est déjà en nous.

Jesse : Une philosophie plus traditionnelle, par exemple, Hobbes, décrit d’abord comment le monde est, comment il fonctionne, ce qu’est la nature, comment l’état vient. Le marxisme est dans cette tradition.

Bakounine dit « je rejette l’esclavage, nous devrions détruire l’esclavage ». Cela est comme une lettre prophétique.

on se définit premièrement comme anachiste par la manière dont on se définit soi même plus que par la proposition de ce qui doit être fait ou pas fait La proposition abstraite est plus au niveau du spectacle,

Alain : Entends-tu que dans les théories de Hobbes ou Marx il y a une acceptation des choses comme elles sont alors que dans l’anarchisme il y a idée qued’autres choses sont possibles.

Jesse : le jeune marx dit que les philosophes ont interprété le monde mais qu’il faut le changer ; néanmoins c’est marx qui écrit le « Capital » et qui est dans le mode descriptif plutôt que celui du changement.

Daniel : l’objection qu’on pourrait faire du point de vue de Bk cr’est que l’analyse de Marx et Hobbes sont fausses parce qu’elles réduisent le déterminisme à 3 ou 4 possibilités, . Bk ne pose pas la question dans l’abstrait, et alors que l’on peut demander qu’est-ce qui fait que dans ce qui constitue Bk ça le pousse à rejeter l’esclavage. En fait on sélectionne continuellement le monde dans lequel on veut vivre.

Isaie ne prend pas ce qu’il dit en le tirant du ciel, il le prend dans un rapport au monde réel qui est aussi déterminant que s’il regardait les rapports de production.

Alain : Godwin a la parabole de la caserne : C’est comme si les prisonniers sont dans la caserne, on les a convaincus quel le monde est comme ça, qu’il faut être enchaîné. Il y en a qui sort, explique qu’ailleurs c’est différent, et les prisonniers ne veulent plus revenir.

Un sujet qui m’intéresserait c’est de découvrir ce qui fait le lien, le fil directeur de tous les anarchistes, des pratiques anarchistes, au delà des divergences théoriques, des contradictions, qu’est-ce qui fait l’unité dynamique de toutes ses positions.

Jesse : ce que je dis est paragraphe de David Graeber, « The Twilight of Vanguardism ». Je pense qu’il exagère, mais il argument que si on compare les écoles de marxisme avec les écoles anarchistes, les premières sont nommées d’après des théoriciens individuels (trotskystes, althussériens, etc ;) alors que les secondes se distinguent par des variétés de pratiques (anarcho-syndicalismes, pédagogie, communisme etc.).

Prolongations

Comment nous aider dans nos projets respectifs futurs.

Francis : j’ai une proposition très précise qui peut relier les deux aspects. Cela revient à mon problème d’isolement. Si on travaille sur des textes qui circulent, je suis prêt à les discuter.

Donc faire circuler nos textes et avoir ainsi les reactions des uns et des autres.

Jesse : pour moi, le partage électronique est beaucoup plus simple à traduire, plus économique aussi. J’utilise la traduction automatique.

Projet de site Internet (sur RA) ?

Une section « privée » pour les membres du groupe, et une page Internet ou certains textes de qualité seront rendus public, possiblement rassemblé sous forme d’une sorte de revue électronique à parution irrégulière (avec textes inédits ou repris, multilingue).

Projet de colloque ?

En 2006 ?

Protocole proposé par RC : commencer par identifier les personnes qu’il serait intéressant d’y voir, puis ensuite penser à un thème rassembleur.

Proposition de thèmes :

DC : anarchisme et postmodernisme

JClark : anarchisme et altermondialisme

JCohn : conférence sur la recherche anarchiste.

Lieu et contacts : Daniel propose de prendre contact avec Alain Brossat, Paris VIII, et Michel Surya, de la revue "Lignes".

P.S. :

The article by David Graeber ("The Twilight of Vanguardism") can be found online at www.indymedia.org.uk/en/2003/06/70378.html .


Mots-clés associés

Évènements à venir

Pas d’évènements à venir
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.4