accessibilité
Bandeau
RAForum
Slogan du site
Descriptif du site
BERKMAN, Alexandre. Le Mythe Bolchevik. Journal 1920-1922 (1925)
Préface de Moshe Zalcman
Article mis en ligne le 8 juin 2004
dernière modification le 28 septembre 2008

par ps

Suivi d’un chapitre inédit "La Grande désillusion" (Anti-Climax). Traduction de Marianne Lehmann. Baye (29300 Quimperlé) : Editions La Digitale, 1996.ISBN 2 903383 55 3. 310 p.

Préface de Berkman.

En 1919, les Etats-Unis expulsent des opposants : socialistes, anarchistes, syndicalistes "radicaux".

Alexandre Berkman, Emma Goldman ainsi que d’autres Américains sont déportés vers la Russie soviétique. Ils arrivent à Pétrograd en pleine guerre civile et perçoivent rapidement l’envers du paradis dont ils rêvaient : la révolte s’autodévore, la Tchéka agit en maître. La bureaucratie s’installe. Berkman se veut conciliant, mais l’arbitraire l’éreinte. Le Mythe bolchévik est aussi un récit de voyage dans la Russie des années 20 en Ukraine, Serbie, Carélie et en Géorgie, Berkman rencontre des dirigeants bolcheviks, des socialistes-révoutionnaires de gauche, des anarchistes mais aussi le peuple russe des villes et des campagnes.

Ce témoignage exceptionnel trace un tableau inédit de la Russie à l’aube de la révolte de Kronstadt en 1921, dont il défend la cause face aux Bolcheiks.

Ce libre totalement ignoré nous fait comprendre l’impasse du léninisme, dès 1922, par une rare clairvoyance politique, Berkman prévoit et argumente la dérive totalitaire et le véritable visage de ce que sera "La Patrie des Travailleurs".

Centre d’histoire du travail, Nantes