RAForum
Slogan du site
Descriptif du site
PINO, Angel. "BA JIN, sa première oeuvre."
Article mis en ligne le 26 août 2004
dernière modification le 27 avril 2015

par r-c.
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Sa première œuvre, parmi celles qui ont été conservées en tout cas, Ba Jin la publie en 1921. C’est une profession de foi ouvertement anarchiste et son titre, à lui seul, est déjà tout un programme : « Comment fonder une société véritablement libre et égalitaire ». Ba Jin n’a que dix-sept ans (il est né en 1904) et il est à cent lieues de se douter que la célébrité le guette, et encore moins que c’est par la littérature qu’il va se distinguer.

Ba Jin

Il habite à Chengdu, sa ville natale (ses ancêtres sont originaires de Jiaxing, dans le Zhejiang), dans une famille mandarinale dont il racontera l’histoire dans sa trilogie du Torrent [1], fréquente depuis quelques mois l’école spéciale des langues étrangères du lieu, où il étudie l’anglais, et voilà près de deux ans qu’il s’inquiète des débats d’idées qui ont commencé d’agiter la Chine avec le tourbillon du Mouvement du 4 mai (1919) – lequel fut, lui, une authentique « révolution culturelle ».

Dans le fatras des doctrines qui se déversent sur son pays, en provenance de l’Occident, Ba Jin, qui n’a pas lu grand-chose et n’a pas vécu beaucoup, se prend d’enthousiasme pour les écrits de Kropotkine [2] et ceux de deux autres auteurs, Léopold Kampf (1881- ?), un obscur chimiste polonais s’étant essayé au théâtre avec une pièce, Le Grand Soir, qui apparemment a fasciné les anarchistes chinois, et surtout Emma Goldman avec laquelle Ba Jin entretiendra une correspondance et dont les articles sur l’amour et la famille, et enfin sur l’Union soviétique, connurent sur le coup un grand retentissement [3]. C’est Emma, confiera-t-il, qui lui a révélé « les beautés de l’anarchisme » [4] :

Lire la suite

Notes :

[1Cette trilogie comprend Jia [Famille] (1931), Chun [Printemps] (1938) et Qiu [Automne] (1940). Le premier volet a été traduit en français par Li Tche-houa et Jacqueline Alézaïs, les deux autres par Édith Simar-Dauverd (Paris, Flammarion/Eibel, coll. « Aspects de l’Asie », 1977, 1982 et 1989).

[2Voir, à ce propos, l’entretien accordé par Ba Jin, en octobre 1987, à la revue Xin wenxue shiliao [Matériaux pour l’histoire de la littérature nouvelle] (n° 3, août 1988), repris dans Ba Jin quanji [Œuvres complètes de Ba Jin], Pékin, Renmin wenxue chubanshe, vol. 19, 1993, p. 672.

[3Ainsi que le signale Arif Dirlik, Anarchism in the Chinese Revolution, Berkeley et Los Angeles (California), University of California Press, 1991, p. 179. La revue d’Emma, Mother Earth, en particulier, sera suivie de près par les anarcho-féministes chinoises : cf. Peter Zarrow, Anarchism and Chinese Political Culture, New York, Columbia University Press, 1990, p. 147.

[4Ba Jin, « Xinyang yu huodong » [Foi et Action] (1935), in Ba Jin quanji, vol. 12, 1989, p. 404.


flèche Sur le web : Article paru dans Réfractions n° 3

pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs RSS

2003-2019 © RAForum - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.4