RAForum
Slogan du site
Descriptif du site
MORIN, Edgar. "L’Anarchisme en 1968"
Article mis en ligne le 19 août 2007
dernière modification le 26 avril 2015

par r-c.
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

"Au moment où les manifestants réclamaient l’amnistie pour les ;étudiants et les travailleurs, français ou étrangers, qui avaient été arrêtés pendant les premières journées de mai, un anarchiste réclama également l’amnistie pour les pillards. Il disait que les pillards, à leur façon, confusément, exprimaient eux aussi leur révolte contre la société d’exploitation. Une telle formulation - qu’on soit d’accord avec elle ou non, peu importe - montre qu’ils n’ont pas peur des idées, qu’ils refusent d’être scandalisés. Et c’est ça qui fait scandale."

Magazine littéraire n°19 Juin 1968

Il me semble qu’on peut parler à la fois d’une résurrection et d’une renaissance de l’anarchie parmi la jeunesse intellectuelle. Assurément, le mouvement libertaire qui était constitué d’ailleurs par plusieurs groupes n’avait pas cessé d’exister, mais son existence était réduite et politiquement nulle. Je ne sais pas si l’anarchie au début du siècle avait une audience chez les intellectuels. Il y avait bien Laurent Tailhade qui admirait les textes anarchistes, mais cette attitude ne devait pas être très répandue.

Ce phénomène de résurrection de l’anarchisme dans la jeunesse étudiante tient au fait que dans tous les pays, y compris en France, une partie de la jeunesse veut changer sa vie autant que changer la société. Des jeunes veulent être authentiques et libres. Ce mouvement a pris aux Etats-Unis l’aspect beatnik ou hippie, qui constitue une sorte d’anarchisme sauvage. En France, il s’est incarné partiellement dans une résurrection de l’anarchisme. On l’a bien vu à Nanterre où des jeunes refusent de déléguer leur existence à des organismes, à des partis politiques, à des Etats. C’est aussi une renaissance de l’anarchisme en ce sens que l’ancien mouvement libertaire vivait sur les idées de Bakounine, de Proudhon, d’Elisée Reclus, il avait ses maîtres à penser et il excommuniait Marx autant que les marxistes excommuniaient Bakounine. Or il y a un révisionnisme anarchiste qui s’est manifesté d’abord à travers des petits groupes d’études. Et dans ces groupes d’études, il y avait des étudiants qui intégraient à la théorie anarchiste des aspects de la pensée de Marx, de la pensée de Freud également. En cherchant une justification théorique de leur volonté de liberté et d’authenticité, ils ont rencontré différents courants de pensée moderne et c’est de ce révisionnisme extrêmement ouvert que vient la renaissance du mouvement libertaire.


flèche Sur le web : Lire tout l’article

Mots-clés associés

Dans la même rubrique

Évènements à venir

Pas d’évènements à venir
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.4