RAForum
Slogan du site
Descriptif du site
VIGNAUD, Roger. Gaston Crémieux et la commune de Marseille
Article mis en ligne le 26 octobre 2008

par r-c.
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Etude (broché), Editions Edisud : 2003. ISBN : 2744904104

Victor Hugo disait que Gaston Crémieux était un poète rare dont le public saura mesurer la grandeur du succès de ses œuvres à celle du malheur dont il fut victimes. Cependant malgré les éloges du grand écrivain, l’avenir n’a pas révisé le procès qui le condamnera à mort.

Gaston Crémieux naît à Nîmes le 22 juin 1836, d’une famille juive issue du Comtat de Venaissin. Il devient avocat et s’installe à Marseille en 1862. Les difficultés sociales de la classe ouvrière vont l’émouvoir au point qu’il devient rapidement l’un de ses plus farouches défenseurs. L’avocat marseillais, ardent franc-maçon et partisan de la liberté absolue de conscience s’implique dès 1865 dans la création d’écoles publiques réservées aux adultes. Il soutient Léon Gambetta, élu député de la cité phocéenne.

Gaston Crémieux est désormais un personnage incontournable de la vie politique locale. Il est de tous les combats.

Le 22 mars 1871, il prend la tête d’un mouvement insurrectionnel qui dure quinze jours. Principal acteur de la Commune de Marseille, il est condamné à mort et fusillé le 30 novembre 1871. Avocat et révolutionnaire par idéal, il aura cru jusqu’au péril de sa vie à l’instauration d’une République sociale et universelle. Jamais, Crémieux ne cessa de se battre en faveur de tous les opprimés. Il ne s’est cru ni prophète ni héros. Il fut tout simplement l’incarnation d’un rêve de liberté, d’égalité et de fraternité. Martyr de la Commune marseillaise, apprécié de tous, il resta durant de longues années la figure emblématique du mouvement ouvrier de la cité phocéenne

L’avocat Gaston Crémieux, martyr de la Commune de Marseille et figure emblématique du mouvement ouvrier français, est fusillé à Marseille, le 30 novembre 1871, à l’âge de 35 ans. Malgré les éloges de Victor Hugo faites à l’occasion de la publication de ses oeuvres posthumes, le nom de ce célèbre républicain reste encore ignoré par beaucoup de gens. Les plus érudits savent qu’il fut condamné à mort pour avoir pris la direction du mouvement insurrectionnel de la Commune de Marseille du 23 mars au 4 avril 1871. En rédigeant sa biographie, j’ai voulu sortir de l’oubli ce personnage marquant, réparer ainsi "une injustice" et faire découvrir à certains et redécouvrir à d’autres l’aventure vécue par ces communards marseillais épris de justice et de liberté. Le lecteur pourra ainsi mesurer la dimension de ce rêve inachevé auquel ont cru ces hommes. En suivant, par ailleurs, l’itinéraire de cet avocat, natif de Nîmes, juif, originaire du Comtat Vénaissin, je parcours également un moment de l’histoire d’une génération, née au temps du romantisme, où ceux qui s’engagent en politique sont souvent des poètes cherchant à suivre la voie tracée par Lamartine ou s’inspirant d’Hugo, luttent contre les inégalités sociales. Gaston Crémieux était de ceux-là. Au fil des pages, je relate aussi son engagement au sein de la franc-maçonnerie marseillaise en faveur de la création des écoles laïques et surtout, je décris avec minutie les journées insurrectionnelles que connaît la cité phocéenne durant les premiers mois de la Troisième République. Véritable tribun du peuple, ce révolutionnaire par idéal est l’objet d’une répression sans pitié dirigée par le Marseillais Adolphe Thiers, "fossoyeur de la Commune". Il ne s’est cru ni prophète ni héros, il ne cessa tout simplement de se battre en faveur de tous les opprimés. L’espace d’un livre, j’ai voulu ainsi réhabiliter ce personnage et faire revivre sa mémoire. (

Roger Vignaud, Avocat

SOMMAIRE

Gaston Crémieux, la Commune de Marseille un rêve inachevé …

PREFACE - Page 5

PROLOGUE : Témoin malgré lui - Page 9

PREMIERE PARTIE : LES ANNEES D’APPRENTISSAGE

Chapitre 1 :L’enfance - Page 15

Chapitre 2 :La passion d’un métier - Page 17

Chapitre 3 :Du journalisme littéraire à la poésie - Page 23

Chapitre 4 :L’arrivée à Marseille - Page 28

Chapitre 5 :L’engagement maçonnique - Page 40

Chapitre 6 :L’action politique - Page 50

Chapitre 7 :Du plébiscite à la déclaration de guerre - Page 61

DEUXIEME PARTIE : LE TOURNANT REVOLUTIONNAIRE

Chapitre 8 :L’insurrection populaire du 8 août 1870 - Page 73

Chapitre 9 :Condamné par le Conseil de Guerre - Page 76

Chapitre 10 :Porté en triomphe par la République - Page 85

Chapitre 11 :L’activisme de Gaston Crémieux au sein de la Ligue du Midi - Page 97

Chapitre 12 :La tentative avortée de la première Commune révolutionnaire - Page 113

Chapitre 13 :La guerre à outrance129

TROISIEME PARTIE : LA COMMUNE DE MARSEILLE

Chapitre 14 :Enfin la Révolution - Page 145

Chapitre 15 :La fin des illusions - Page 169

Chapitre 16 :Un procès inique - Page 186

Chapitre 17 :Le retour en prison - Page 215

QUATRIEME CHAPITRE : CONDAMNE A MORT

Chapitre 18 :Condamné à mort - Page 221

Chapitre 19 :Le rejet de la grâce - Page 228

Chapitre 20 :La mort insolente - Page 231

Chapitre 21 :Une parodie de justice - Page 239

Gaston Crémieux et la Postérité - Page 247

NOTES - Page 251

GENEALOGIE DE GASTON CREMIEUX - Page 266

RECENSEMENT DES VICTIMES - Page 269

CHRONOLOGIE DES EVENEMENTS - Page 269

SOURCES MANUSCRITES OFFICIELLES - Page 275

JOURNAUX ET BULLETINS CONSULTES - Page 277

BIBLIOGRAPHIE GENERALE - Page 279


Mots-clés associés

Évènements à venir

Pas d’évènements à venir
pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs RSS

2003-2020 © RAForum - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.4