RAForum

Accueil > Recherches sur l’anarchisme > Le mouvement anarchiste et la mouvance libertaire > Histoire > Rue des Anars : Portraits et bibliographies > L > LÉO, André (pseud. de CHAMPSEIX, née Léodile BERA ; Lusignan, France 1824 - (...) > LÉO, André . Coupons le cable !

LÉO, André . Coupons le cable !

dimanche 21 mars 2010, par ps

Paris : Fischbacher, 1899. 1 vol. (82 p.) ; in-16

Bibliothèque nationale de France, 8-Ld4-90781899]

Il est plus que temps de réaliser le vœu de Voltaire : Écrasons l’infâme.

Il est plus que temps de débarrasser la Vie des exploiteurs de la Mort ! — De délivrer l’homme de l’esclavage et de l’obscurantisme. — Le Vivant de la Momie primitive !

Assez de barbarie ! — En marche pour l’Ère nouvelle !

I

Religion signifie lien entre les hommes par le fait d’une croyance commune.

Il y a cependant un grand nombre de religions ; mais pour chaque groupe de croyants, il n’y en a qu’une, la sienne, qu’il nomme par excellence : La Religion !

La source de ces conceptions chez l’homme est le besoin de croire, qui s’éveille avant de pouvoir connaître. C’est l’imagination précédant la réflexion et le savoir ; supposant ce qu’on craint et ce qu’on désire ; personnifiant les forces de la Nature, le bien et le mal. Cette tendance générale fut précisée et codifiée par certains intelligents, variant du poète à l’illuminé, de l’éducateur à l’ambitieux, du rêveur au fourbe.

Il en résulta l’institution de systèmes religieux et politiques, liés naturellement l’un à l’autre en vue d’un ordre public, placés sous l’invocation des puissances occultes, que l’on croyait devoir exister, à cause des procédés réguliers et concordants de la Nature.

— De qui procèdent l’ordre et la régularité ?

— De l’intelligence, de la volonté.

— L’homme a de l’intelligence, de la volonté ; pourtant, il est incapable d’avoir créé et organisé le monde terrestre et céleste. Qui donc l’a pu faire ?

— Des êtres bien supérieurs à l’homme, il n’y a pas à en douter !

Ils ne se dirent pas, simples qu’ils étaient, que l’ordre et la régularité n’existent dans la Nature que parce qu’ils sont les conditions de la vie ; et que sans eux la vie ne pourrait exister.


Voir en ligne : Lire tout le livre sur Wikisource