RAForum
Slogan du site
Descriptif du site
19 novembre 2011 Villiers-Le-Bel : non à la vengeance d’Etat. Débat avec le collectif « Angles Morts »
samedi 19 novembre 2011 à 15 h
Article mis en ligne le 11 novembre 2011
dernière modification le 30 décembre 2011
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Le 25 novembre 2007, Lakhamy et Moushin, deux adolescents de Villiers-le-Bel, décèdent suite à la collision de leur moto avec une voiture de police. Plusieurs nuits de révoltes éclatent, laissant s’exprimer la colère de centaines d’habitants qui refusent de croire à la version policière d’un accident.

Des dizaines de policiers sont blessés, certains par des tirs d’armes à feu. La répression judiciaire succède à la pacification policière. Trois séries de procès ont lieu, apportant chacun leur lot de condamnations.

Le 21 juin 2010, s’ouvre le procès des tireurs présumés. Un procès pour l’exemple, au terme duquel cinq habitants de Villiers-le-Bel seront condamnés à des peines allant de 3 à 15 ans de prison, en l’absence de preuves, et essentiellement sur la base de témoignages anonymes.

En octobre 2011, se tient le procès en appel. Le verdict tombe : Deux acquittements et des peines de 3 à 15 ans de prison ont été prononcés.

Malgré la douleur des familles et l’enfermement de deux frères jetés en pâture, le juge pourra dormir tranquille, car il a assouvi la soif de vengeance de l’Etat et confirmé son soutien sans faille à la police.

En retraçant les mécanismes de la répression des révoltes de Villiers-le-Bel, le livre « Vengeance d’Etat : Villiers-Le-Bel, des révoltes aux procès » (Syllepse) s’inscrit dans la dynamique politique des mobilisations en soutien aux inculpés, débutées au moment du procès. L’autopsie du procès des « tireurs » met à nu les mécanismes d’une vengeance d’État et la fiction d’une justice indépendante. Au delà des condamnations prononcées, c’est bien le procès de la banlieue et de ses habitants qui a été fait par une classe politique et des magistrats aux ordres.

Il pose aussi la question des formes, moyens et buts de la solidarité face à la répression.

Liberté pour tous !

{{}}

Librairie libertaire LA GRYFFE, 5 rue Sébastien Gryphe 69007 LYON, France.

Ouverte du lundi au samedi inclus de 14 heures à 19 heures.

Téléphone/ fax : 04 78 61 02 25


Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.4