RAForum
Slogan du site
Descriptif du site
CAPPELLETTI, Angel J. "L’anarchisme au Pérou"
Article mis en ligne le 14 avril 2012
dernière modification le 4 avril 2012

par r-c.
logo imprimer
Enregistrer au format PDF

Ce texte est en fait un extrait du livre, en espagnol, « El anarquismo en America Latina » de
l’anarchiste argentin Angel Cappelletti (1927-1995). Cet extrait va de la page XCVIII à la page
CXII.

Socialisme utopique, marxisme et anarchisme s’associent au Pérou avec trois personnages remarquables de
l’histoire littéraire : Flora TRISTAN, José Carlos MARIATEGUI et Manuel GONZALES PRADA.
Pour ce sujet, nous n’allons pas parler de Flora TRISTAN et de José Carlos MARIATEGUI, mais avant
d’aborder le 3ème, il est important de rappeler que le féminisme de Flora TRISTAN s’est inspiré des écrits
d’un des protagonistes de l’anarchisme, William GODWIN) et de sa femme, Mary WOLLSTONECRAFT
et que le projet de l’Union Universelle des Travailleurs(ses) présenté par elle-même, coïncide avec celui
de son contemporain, l’anarcho-communiste Joseph DEJACQUE.

Nous ne pourrons pas non plus ignorer l’influence de GONZALES PRADA sur MARIATEGUI [1], et la
survivance, en celui-ci d’un certain agrarisme indigène, centré dans l’ « ayllu » [2] (mot d’origine quechua et
aymara, communauté composée de plusieurs familles. NDT) coïncidant en partie avec les idées de
GONZALES PRADA et de FLORES MAGON (coïncidence que les critiques léninistes ne cessent de lui
renvoyer à la figure, la qualifiant d’idéalisme romantique [3]). Mais avant de nous occuper de GONZALES
PRADA, il faut nécessairement aborder le sujet du mouvement anarchiste et anarcho-syndicaliste au Pérou.
Dans les dernières années du XIXème Siècle, les premiers syndicats ouvriers se sont organisés, dans lesquels
on peut remarquer une orientation anarchiste. Une série de grèves partielles impulsèrent l’organisation des
premiers congrès ouvriers, en 1896 et en 1901, « où se sont explicitées les plus émouvantes revendications
prolétariennes » [4]. En 1904, « La Unión de Trabajadores Panaderos », (l’Union des Ouvriers Boulangers) a
été fondée grâce au travail des militants anarchistes : URMACHEA, Fidel GARCIA GACITUA, Caracciolo
LEVANO et son fils Delfin [5]. Pendant cette même année, à Lima, une première grève a été provoquée. Le
1er mai 1905 a été fêté publiquement pour la première fois en commémoration des martyrs de Chicago [6].
Le journal radical Humanidad (Humanité), a commencé à publier, dès 1906, des articles de tendance
anarchiste [7]. En 1907, les anarchistes ont promu une grève des dockers à Callao [8](ville portuaire alors
proche de Lima et qui fut ensuite directement englobée par le développement urbain de la capitale NDT ),
dans celle-ci, est tombé, « le premier martyr de la lutte sociale au Pérou : le camarade Florencio ALIAGA ».
Le « Centro Racionalista (Centre Rationaliste) Francisco FERRER » a donné le jour en 1910 à la revue
Páginas Libres (Pages Libres) (qui avait le même titre qu’une œuvre polémique éditée par GONZALES
PRADA) et qui ne traitait pas seulement des problèmes pédagogiques mais aussi des problèmes des
travailleurs/ses [9]. « De 1911 à 1926 est paru le journal, La Protesta (La Protestation), autour duquel se
réunissaient les protagonistes anarchistes les plus actifs. Le groupe de « La Protesta » projeta d’améliorer les
méthodes d’organisation ouvrière, en impulsant les syndicats. Ainsi est né l’anarcho-syndicalisme qui a eu sa
principale base parmi les ouvrierEs du textile » [10].

Notes :

[1L’oeuvre fondamentale de J.C. MARIATEGUI, MARIATEGUI, Siete ensayos de interpretacion de la
realidad peruana
(Sept essais d’interprétation de la réalité péruvienne), est parue à Lima en 1928, et a été
rééditée sur place en 1934 et 1952. Sur MARIATEGUI, vous pouvez consulter : G. ROVILLON, Biobibliografia
de José Carlos MARIATEGUI
, Lima, 1963 / M. WIESE, José Carlos MARIATEGUI, Lima,
1959 / G. CARNERO CHECA, José Carlos MARIATEGUI, periodista, Lima, 1964 / M. PAJERA BUENO,
José Carlos MARIATEGUI, Símbolo, Lima, 1947 / A. TAMAYO VARGAS, « Actualidad y pasado » in
Prometeo, Lima juin 1930 / A. BAZAN, MARIATEGUI y su tiempo, Lima, 1969

[2Cfr. Wilfredo KAPSOLI ESCUDERO, Ayllu del sol (Ayllu du soleil), Lima, 1984

[3Cfr. Adam ANDERLE, « La vanguardia peruana y Amauta » in Ultimas Noticias (L’avant garde
péruvienne et Amaut
a (journal fondé par José Carlos MARIATEGUI en 1926 pour offrir un forum
d’expression au socialisme, à l’art et à la culture du Pérou et de toute l’Amérique latine), Caracas, 5 avril
1987.

[4Denis SULMONT, « Historia del movimiento obrero peruano (Histoire du mouvement ouvrier péruvien
[1890-1980]) » in Pablo GONZALEZ CASANOVA, Historia del movimiento obrero en América Latina 3,
Mexico, 1984. p.279.

[5Federación Anarquista del Perú (Fédération Anarchiste du Pérou), El anarcosindicalismo en el Perú
(L’anarcho-syndicalisme au Pérou), Mexico, Ediciones Tierra y Libertad (Éditions Terre et Liberté), 1961, p.
4 Cfr Guillermo SANCHEZ ORTIZ, Delfin LEVANO, Lima, 1985.

[6Denis SULMONT, op. cit. p. 279.

[7Federación Anarquista del Perú, op. cit. p.4.

[8Alberto PLA. op. cit. p. 32

[9Federación Anarquista del Perú, op. cit. p.4.

[10Denis SULMONT, op. cit. p. 279.


flèche Sur le web : Lire tout l’article

Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.4